Vieillir dans un lieu privatif de liberté

Colloque européen
Vieillir dans un lieu privatif de liberté - Seniors dans un lieu de contrainte
04 - 06 juin 2015 à Saxerriet - Oberschan (Suisse)

 

Jeudi 4 Juin 2015

00 Wolfgang KrellComme en 2006 déjà le colloque s'est tenu à Saxerriet et Oberschan sur l'invitation de Martin Vinzens. Nous avons été hébergés à l'hôtel Alvier – un lieu perché haut sur la montagne avec vue sur la vallée supérieure du Rhin et la principauté du Liechtenstein.

Une trentaine de personnes en provenance d'Allemagne, de Belgique, du Luxembourg, de Pologne et de Suisse ont participé à ce colloque. Le premier soir Wolfgang Krell, le président de l'association, a salué chaleureusement les participantes et participants qui, ensuite, se sont présentés tour à tour.

 

 

 

album de photos

 

Vendredi 5 Juillet 2015

La deuxième journée s'est déroulée dans la prison de Saxerriet qui se situe dans la vallée. Le directeur de la prison, Martin Vinzens, a accueilli les participants du colloque et a donné, dans la « cour » des ailes de la prison, les premières informations relatives à cette prison semi-ouverte du Canton de Saint-Gall.

01 Ueli GrafUeli Graf
(l'ancien directeur de la prison de Pöschwies, Suisse), est intervenu en premier sur le thème « âgé, malade, enfermé » en Suisse. La prison de Pöschwies près de Zurich, où a travaillé Ueli Graf, dispose de 450 places de détention et est l'un des plus grands établissements pénitentiaires en Suisse.
Ueli Graf a été membre de la commission suisse qui a travaillé sur ce sujet. Il souligna que les personnes détenues âgées sont des personnes faibles et qu'elles doivent être protégées de « celles qui sont fortes ». Ceci ne peut être garanti que par la présence d'un personnel en nombre suffisant. Celui-ci doit être formé en conséquence pour assumer ces tâches particulières. Il a décrit la situation telle qu'elle se présente actuellement en Suisse ainsi que les nouvelles initiatives déjà mises en route. De plus il a posé la question de fond de savoir si les personnes très âgées ou handicapées doivent être vraiment enfermées.

02 Aline ChassagneAline Chassagne (Besançon, France) est doctorante à l'Université de Besançon et passe un jour par semaine dans l'hôpital universitaire de cette ville. Elle travaille à une recherche sur les personnes âgées en détention. Ainsi elle connaît les deux domaines (prison et hôpital) de l'intérieur. Son intervention s'intitulait « Vieillir et mourir derrière les barreaux ». Depuis 1994 la prise en charge médicale des personnes détenues dépend en France du Ministère de la Santé et non plus du Ministère de la Justice. L'organisation de la prise en charge médicale est donc indépendante du monde pénitentiaire. Les personnes détenues âgées et malades sont prises en charge par des unités de soins en prison ou, pour une courte durée (48heures), dans des hôpitaux de proximité qui, en partie, ont mis en place des chambres sécurisées ou encore dans l'un des 9 hôpitaux réservés uniquement aux personnes détenues. Elle constate que, dans les deux domaines, il y a des influences tant positives que négatives.

Visite de la prison de Saxerriet sur la base de thèmes déterminés

Le repas de midi a été servi à l'ombre de vieux arbres fruitiers dans le jardin de l' « école » de la prison de Saxerriet - avec de très bonnes grillades
Puis est venue la visite de la prison de Saxerriet.

04 Freitag02Trois thèmes avaient été retenus: un groupe s'est informé sur le déroulement de la journée et les conditions précises dans l'aile de transition (avant d'accéder au régime semi-ouvert, les personnes détenues passent par un régime particulier qui les prépare au régime semi-ouvert), un autre sur le domaine industriel avec ses places de travail et les formations possibles et le troisième groupe sur le grand domaine agricole de la prison.

05 Freitag03Ce fut un après-midi très instructif lors duquel les conditions particulières offertes par la prison de Saxerriet ont été mises en valeur. En Suisse même, Saxerriet est réputée comme une prison modèle qui, ces dernières années, a changé le milieu carcéral grâce à de nouvelles idées remarquables.

Ensuite les participants se sont rendus au domaine viticole de Staatswingert Frümsen. Là Barbara Oppliger, une agronome et collaboratrice du centre agricole de Rheinhof, a donné des informations sur les missions de cette vigne étatique qui, en plus de la production de vin, est chargée de recueillir et conserver les nombreuses sortes de raisins suisses. Les participants ont pu goûter à deux sortes de vin offertes lors de la dégustation. La deuxième journée s'est terminée par un repas copieux à l'hôtel Alvier et une surprise: un groupe a joué plusieurs morceaux de musique sur des cors des Alpes sur la terrasse de l'hôtel. L'assemblée générale du Forum européen de politique criminelle appliquée a clos la journée.